S’aimer soi-même

Nous aimer nous guérit et nous rend heureux. Et c’est le plus beau cadeau que l’on puisse offrir aux autres...!!!

separador

En réalité, l’animation sur l’écran ci-dessous n’est pas une vidéo: c’est une version de Pacman très ressemblante à la version originale (qui a déjà 30 ans !), et on peut y jouer en cliquant sur « START GAME » et en montant un peu le volume sonore. Les flèches de ton clavier te permettent de diriger « Pacman ».

J’ai dédié beaucoup, beaucoup d’heures de ma vie aux jeux vidéos, depuis le tout début de leur préhistoire, bien avant l’apparition du PC.

Et à force de jouer et de regarder les autres jouer, j’ai pû observer des similitudes inattendues entre les règles de ces jeux et certaines lois universelles, que l’on intègre normalement beaucoup plus tard dans nos vies. Par exemple…

– Si on joue avec un sentiment de peur et d’insécurité, on perd. De la même façon, dans la vie réelle, la peur finit généralement par nous conduire à l’échec.

– Avec les jeux vidéos nous sommes confrontés à des défis de complexité croissante. Quand on est admis dans un nouveau niveau de jeu, comme lorsque l’on affronte un nouveau défi dans la vie réelle, logiquement on essaye d’appliquer à nouveau les stratégies et les connaissances apprises au cours des étapes antérieures. Mais on persiste beaucoup trop longtemps à vouloir utiliser « les mêmes stratégies » qui s’avèrent quasiment toujours inutiles dans la nouvelle situation. C’est que nous avons tendance à repousser le plus possible le moment de reconnaître qu’il nous faut essayer ou apprendre quelque chose de nouveau, qu’il nous faut grandir…

Image du vidéojeu Tetris, un grand classique

– Au début, ces nouveaux défis auxquels nous confronte le jeu nous paraissent incroyablement difficiles à résoudre. Et nous nous disons totalement convaincus : « Cette partie du jeu sera toujours un obstacle insurmontable pour moi, quelque soit le temps que j’y consacre ». Peu après, nous sommes préoccupés par d’autres nouveaux obstacles encore plus difficiles à surmonter, pendant que les problèmes antérieurs nous paraissent simples, élémentaires.

– Il y a des moments où nous ne comprenons pas le jeu, son sens nous échappe et nous voulons cesser d’y jouer. Nous avons besoin d’avoir des « instructions ». Mais il n’y a pas d’instructions. Ou alors seulement les plus élémentaires, quelque chose comme « Les dix commandements ». Le jeu consiste précisément à découvrir par nous-même comment fonctionnent les choses, dans ce monde virtuel comme dans le monde réel.

– Dans les jeux vidéos, très souvent l’activité est menée par un petit bonhomme qui nous représente, avec qui logiquement nous nous identifions. Si le petit bonhomme arrive au but, nous disons : « j’ai gagné », s’il n’y réussit pas nous disons « j’ai perdu ». De la même façon, dans la vie réelle, nous nous identifions avec notre corps et avec notre ego, et nous oublions quasiment tout le temps que nous sommes réellement beaucoup plus que celà, que notre véritable nature est spirituelle.

– Dans les nouveaux « jeux en réseau », plusieurs enfants jouent à la fois dans un « espace virtuel » unique auquel chacun accède depuis son PC. Beaucoup de ces jeux sont visuellement très réalistes et extrêmement violents, et consistent simplement à former deux bandes et à se tirer dessus avec des armes très sophistiquées jusqu’à en « finir avec l’ennemi ». Cette activité n’est pas spécialement recommandable. Cependant, en continuant avec l’analogie, il est évident que ce n’est pas la vie des enfants qui court un danger, sinon seulement celle des personnages qui les représentent. Eux —les enfants— sont très à l’aise et en sécurité, assis chacun face au moniteur de son PC. Dans notre violent « monde réel », de tels évènements peuvent se produire : mais même si parfois les égos des personnes s’affrontent et que leurs corps vont jusqu’à s’entretuer, en chacun de nous il y a quelque chose d’essentiel, d’invulnérable, d’éternel, qui ne peut pas être endommagé.

Dessin de Mario, le protagoniste du jeu vidéo Super Mario Bros.

– Et bien que nous vivions identifiés avec l’égo, de temps à autre une information nous parvient qui nous dit, par exemple : « d’apaiser le mental, de suspendre toute activité de l’égo, pour commencer à agir depuis notre Etre véritable ». Et, qui sait, en pratiquant une certaine forme de méditation, nous pouvons arriver à nous convaincre ingénument qu’enfin nous nous sommes libérés de l’égo. Mais peut-être aurons nous seulement réussi à « cesser de bouger la manette » pendant quelques instants, laissant complètement immobile notre petit « bonhomme »… alors que nous nous trouvons toujours dans « l’espace virtuel » de notre ego. Nous ne nous sommes pas réellement levés « de notre siège en face du PC », et nous n’avons pas encore pris conscience qu’ici même, en ce moment précis, pendant que nous jouons et apprenons tout ce que nous sommes venus apprendre, une autre réalité nous attend, infiniment plus complexe et intéressante que celle-ci, et à laquelle nous appartenons véritablement, à laquelle nous avons toujours appartenu…

Axel Piskulic

Traduction de Magali Manvieu

Derrière cette vidéo, il n’y a aucun mouvement international, ni campagne ni organisation officielle…Tout a commencé comme une folle idée du protagoniste pour divertir ses amis, qui attira l’intérêt d’un « sponsor » qui permit la réalisation d’une série de vidéos comme celle-là.

L’allégresse qui se dégage de cette vidéo est réellement contagieuse !

Vidéo « Dancing 2008 » ou « Where the Hell Is Matt? 2008 », de « Where the Hell Is Matt? »

Enlace al sitio web del protagonista de este video

Traduction de Magali Manvieu
Vidéo clip de la chanson « Her Morning Elegance », de Oren Lavie.

De « La vie est un songe », une pièce de théâtre écrite par Pedro Calderón de la Barca représentée pour la première fois en 1635 :

… Vivre c’est rêver;
Et l’expérience me prouve
Que l’homme qui vit,
Rêve ce qu’il est, jusqu’à son réveil.
Le roi rêve qu’il est roi,
Et vivant dans cette illusion, il commande,
Il dispose, il gouverne…
Le riche rêve de sa richesse,
Qui accapare toute son attention.
Le pauvre rêve qu’il pâtit
Sa misère et sa pauvreté…
Et dans ce monde, enfin
Chacun rêve ce qu’il est,
Bien que nul ne s’en rende compte…
Qu’est ce que la vie? Un délire.
Qu’est ce que la vie ? Une illusion,
Une ombre, une fiction,
Le plus grand bien est peu de chose;
Puisque toute la vie n’est qu’un songe,
Et les songes, rien que des songes.
 

Il semblerait que notre réalité quotidienne n’est pas ce scénario rigide auquel nous devons essayer de nous ajuster, mais plutôt notre propre création, comme si nous étions en train de la rêver. En attendant le moment de nous réveiller, nous pouvons faire en sorte que notre « rêve » soit chaque jour plus « agréable », par exemple en ayant recours à La Loi D’Attraction, en appliquant la technique Ho’oponopono, en appliquant les principes de « Un Cours en Miracles »… ou bien tout simplement, en nous acceptant et en nous aimant un peu plus chaque jour.

Axel Piskulic

La chanson est “Her Morning Elegance” de Oren Lavie.

Traduction de Magali Manvieu
line